Nous avons mis en place nos équipes, nos processus et le paysage IT de sorte à pouvoir servir nos clients de façon encore plus flexible et ciblée tout en mettant au point des solutions numériques (comme notre TecDoc Catalogue). Mais comment fonctionnent les équipes agiles chez TecAlliance lorsqu’elles sont en mode de travail à distance?

Pour la dernière partie de nos entretiens, nous avons parlé avec Bryan Rozman, Agile Coach chez TecAlliance, España SL. Ce dernier nous aide dans notre mission consistant à livrer à nos clients le meilleur catalogue de pièces de rechange et de véhicules.

Bryan a intégré TecAlliance en fin d’année 2019.

Quelle méthode agile utilisent vos équipes de développement de logiciels ?

L’équipe de développement frontend utilise Scrum avec des cycles de deux semaines. Nos produits backend sont légèrement différents. Ayant bien plus d’états à suivre dans le processus, nous fonctionnons toujours sur un cycle de deux semaines, mais nous effectuons le suivi de notre travail à l’aide d’un tableau Kanban. Nous supprimons également de nombreuses réunions usuelles au processus agile, telles que les révisions et les améliorations,  la meilleure approche étant de procéder par réunions en fonction des exceptions dans les flux de travail backend.

Travailliez-vous généralement au même endroit avec vos équipes avant l’apparition du Covid-19 ? Ou étiez-vous déjà en télétravail ?

En tant que nouveau salarié, je travaillais de mon propre chef au bureau de Tenerife. L’atmosphère y est décontractée, chaleureuse, c’est en quelque sorte comme une deuxième famille. Chaque jour, j’avais réellement hâte de me rendre au travail. Là déjà, nous avions des membres-clés de l’équipe sur plusieurs sites dans le monde, de l’Allemagne à l’Amérique du Nord. L’apparition du virus et la mise en quarantaine qui s’en est suivie n’ont pas vraiment eu d’incidence sur la dynamique du travail étant donné que nous avons continué à utiliser les mêmes outils qu’auparavant.

Avez-vous l’impression que ne travailler qu’en travail à distance réduise la cohésion et ait une influence négative sur la productivité ?

Je pense que cela est une question culturelle. Je suis partagé sur le fait de travailler à un endroit plutôt qu’à un autre. Après 25 ans de service pour l’armée américaine, avoir de l’électricité, de la climatisation et un accès facile aux snacks est pour moi quelque chose de relativement nouveau.  Bon nombre des membres de notre équipe (en particulier les Espagnols) attachent beaucoup d’importance à une activité sociale régulière.  À mon sens, certains ont assez mal vécu les premières semaines de notre quarantaine et ont eu besoin d’un certain temps pour être en mesure de maintenir les relations à distance, mais leur productivité n’en a jamais subi de retard.

Mes équipes ont continué à produire sans faillir, qu’elles aient été au bureau ou à domicile. Mon travail consiste à m’assurer que la cohésion et l’efficacité demeurent la norme et non l’exception.  Nous nous en sommes plutôt bien sortis compte tenu de tout ce qui est arrivé avec le virus.

Que pensez-vous de l’affirmation suivante : « Si la technologie nécessaire est en place, une équipe compétente travaillant à distance peut apporter tout autant de valeur que des équipes colocalisées »

Je suis entièrement d’accord.  Dans l’armée, j’ai acquis des décennies d’expérience en travaillant dans de ce que l’on appelle l’environnement VUCA (instable, incertain, chaotique et ambigu). En fait, même aujourd’hui, je prévois de venir à bout de n’importe quelle situation professionnelle.  Dans le contexte agile, je fournis les fonctions de support organisationnel et décisionnel afin de m’assurer (indépendamment des compétences) que tout fonctionne parfaitement même si un évènement VUCA comme la pandémie se produit.

En réalité, je pense qu’il est aujourd’hui totalement dépassé de penser qu’il faut travailler dans un bureau et à un endroit fixe. Aux États-Unis, il est devenu monnaie courante pour les employés de travailler depuis chez eux, d’utiliser leurs propres périphériques et, si nécessaire, de se réunir au moyen d’outils collaboratifs tels que Microsoft Teams ou Zoom, des années avant l’apparition de la pandémie. Maintenant qu’il convient de prendre en compte toutes les considérations relatives à la santé publique, il me semblerait plus logique de s’appuyer davantage sur le télétravail. La technologie qui permet d’accomplir ce travail est déjà instaurée chez TecAlliance, du moins dans mon secteur d’activité.

Quels avantages voyez-vous dans le télétravail ?

 

Je peux travailler à l’extérieur en dehors des réunions, passer plus de temps avec ma famille tout en ayant la flexibilité de gérer mes affaires sans dépenser de temps et d’argent à faire la navette. J’ai travaillé au Pentagone lors de mes dernières années au sein de l’Armée. L’État-major de l’Armée ne disposait pas d’un concept conçu pour travailler depuis chez soi.  Même si j’habitais à seulement 25 km du bureau, je prenais une voiture pour me rendre à une station de métro, puis un train jusqu’à l’arrêt du bus qui me conduisait à mon bureau. Chaque trajet prenait environ une heure. Tout bien considéré, mon expérience en télétravail s’est avérée bien plus intéressante.